Articles de cette rubrique

| Accueil | | Quoi ? | | Chronikz |

Les Roues de Feu_Cirio H.Santiago_1984_USA-Philipines par Baskee

Superbe post nuke qui manquait à ma collection ! Dans le futur, une guerre nucléaire a ravagé la planète. Flute ! Des bandes rivales se battent pour une raison qui nous aura échappée à tous malgré un intérêt certain pour ce petit bijou de série Z. A l’instar des autres post-nuke directement calqués sur un certain Mad Max, dans ce monde dévasté et désertique on ne se bat ni pour de l’eau(les exterminateurs de l’an 3000) ni pour ni de l’essence, on se bat c’est tout.

Trace est un guerrier pilotant une mustang savamment ornée de grilles et de taules futurisques sorte d’interceptor mais avec une fusée dans le cul. Trace(prononcer "tresse") recherche sa soeur Arlie enlevée par Scourge, le chef des méchants (Un Humungus philipin pathétique qui a laissé son charisme dans le placard de sa loge). Arlie captive passera rapidement à la casserole se faisant violer par toute la tribu. Y’a de la réprimande dans l’air...

Trace dans sa quête de justice rencontrera à chaque coin de désert des sbires de Scourge et en profitera pour tester son lance-flamme. Plus tard il viendra au secours d’une superbe jeune femme aux prises avec une autre bande de loubards du désert.Les sauvages expédiés en enfer,Trace sympathise avec cette charmante créature dont le nom m’a échappé car trop dur à prononcer. Nos héros qui ont désormais conclu derrière une dune au coucher du soleil, décident de se rallier à la cause des Proprios même s’ils ne partagent pas leur vision autoritaire de la société.Mais, à choisir entre le chaos et la dictature, ils optent finalement pour la main de fer... Déception dans nos cœurs de punks résignés ! Un combat de fin épique mais beaucoup trop long mènera Trace et les Proprios à la victoire au prix de pyrotechnie colorée et du sacrifice de courageux guerriers.

Outre les noms grotesques dont sont affublés les personnages qui frisent la palme du gros n’importe quoi, on retiendra surtout de cette fresque la fameuse armée des "proprios" (sans doute traduction littérale de l’anglais "landlords") qui cherchent à rétablir un semblant d’ordre dans tout ce chaos donnant lieu à des répliques hilarantes hors contexte. Bon évidemment il y a aussi les grosses loches malmenées de la sœur du héros au potentiel poitrinaire sur-exploité par le réal mais ça, c’est un détail. Mention spéciale tout de même pour la tribu des "polnarefs cannibales des cavernes" et leur cris de moineaux insupportables. De tous les rip off de mad max2 vus au cleube, celui-ci reste le plagiat le mieux réussi en tant que tel, certaines scènes et plans étant outrageusement calqués sur l’original.

Dedans tu trouveras :

 des carrières.
 Du désert.
 des loches.
 des exactions sur femmes.
 des tirs mortiers au son risible (possible hommage à Lautner ?).
 un cul à la fenêtre d’une mustang.
 des pics, des grillages.
 des épaulettes en skai.
 des cascades mal réglées qui ont du faire bobo.
 une fusée en taules d’un Raël en carton.

L’enregistreur

^